Presbyterium 2018 : Les prêtres à l’école du mariage

chrismale 2

Presbyterium 2018 : Les prêtres à l’école du mariage

Pas de dérogation à la règle. Comme les années passées, les prêtres de l’Archidiocèse de Niamey se sont retrouvés autour de l’Archevêque au Centre Siloé, au cours de la troisième semaine de carême, pour réfléchir sur un thème pastoral. Cette année, le thème choisi était : « Les questions canoniques et pastorales au sujet du mariage chrétien. Cf. Motu Proprio du Pape François ».

Animé par le père André Zerbo, canoniste et Vicaire Général du diocèse de Dédougou, au Burkina Faso, le presbyterium qui a eu lieu du 6 au 8 mars 2018, a connu la participation de 34 prêtres et de l’Archevêque de Niamey. Dans ses exposés, le père André a d’abord rappelé ce que le droit canonique dit du mariage, avant d’aborder ce sujet sous son aspect pastoral en s’appuyant sur le Motu Proprio du Pape François.

On retiendra que le mariage est à la fois un contrat, une alliance et une union entre un homme et une femme s’aimant et acceptant de vivre ensemble et d’observer les propriétés essentielles du mariage chrétien, à savoir l’unité et l’indissolubilité du mariage, avec tout ce qu’elles comportent comme exigences. Plus qu’un simple sentiment, l’amour qui unit les époux les engage à rechercher chacun, le bien de l’autre, et tous deux, à s’ouvrir à la vie par la procréation dans l’idée que l’enfant est avant tout un don de Dieu. L’animateur de la session n’a pas manqué aussi de faire une analyse inculturée du mariage avec comme exemple le Peuple « san » du Burkina Faso. Cela, dans le but d’inviter les pasteurs de l’Eglise-Famille de Niamey à ne pas négliger les cultures des populations auxquelles ils annoncent l’Evangile. « Toutefois, a-t-il souligné, il ne faut jamais oublier que c’est à l’évangile de purifier les cultures pour les élever à la hauteur de Dieu, et non le contraire. Ceci étant, tenir compte des cultures de ceux dont on a la charge ne signifie pas négliger le droit divin et le droit canonique dans son ensemble. » Par ailleurs, s’inspirant du Motu Proprio du Pape François sur le mariage, le père Zerbo a expliqué les cas et les procédures de nullité de mariage. Il en ressort que le Pape ne demande pas de donner des solutions simplistes et à la va-vite,  encore moins de prononcer des divorces face aux cas difficiles de mariage, comme certains le font croire. Il demande certes de ne pas alourdir les procédures de nullité de mariage, mais aussi de bien analyser et étudier les cas difficiles, avec cependant beaucoup de charité, sans laxisme ni rigorisme.

Après deux jours de formation, les prêtres ont, à travers une recollection, médité, le troisième jour, sur la pastorale de la jeunesse dans un monde en perte de repères. Dans son enseignement, le Vicaire Général de Dédougou a exhorté ses pairs à redoubler d’effort dans  l’accompagnement des jeunes et à être assez créatifs pour leur donner le goût d’aller à Jésus-Christ. « Néanmoins, a-t-il fait savoir, il convient aussi de donner aux jeunes d’exprimer leurs talents pour leur propre bien et pour le bien de l’Église ».

chrismale

A la fin du presbyterium, comme à l’accoutumée, les prêtres se sont retrouvés à la Cathédrale pour la messe chrismale au cours de laquelle l’Archevêque a béni les saintes huiles qui serviront pour les différents sacrements dans le diocèse au cours de cette année pastorale. De nombreux fidèles ont pris part à ce grand rendez-vous spirituel, et ils n’ont pas caché leur satisfaction de vivre ce moment de communion ecclésiale.

chrismale 4chrismale 8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *