Le Catéchiste Jean-Baptiste prend congé du Niger

catéchiste 20

De nombreux fidèles de Bomoanga, Makalondi, Torodi et Niamey ont dit aurevoir au Catéchiste Jean-Baptiste Tindano, ce dimanche 10 juin 2018, à la paroisse Saint Esprit de Bomoanga.

Présidée par l’Archevêque de Niamey, entouré des pères Luigi (curé de la paroisse), Dass (vicaire à la paroisse), et Eric (aumônier des Étudiants de Niamey), la messe a tenu toute sa promesse. La joie et l’émotion étaient au rendez-vous !

Dans son homélie, Mgr Laurent Lompo a salué l’humilité, la sagesse et la disponibilité de cet homme qui a consacré trente années de sa vie, dont 18 ans à Niamey et 12 ans à Bomoanga, au service pastoral dans l’Archidiocèse de Niamey. « Parfois, a renchérit le père Luigi, il a même préféré le service pastoral à sa famille ».

Catéchiste 12

Après la profession de foi (credo), Jean-Baptiste et son épouse Albertine ont reçu des symboles des mains de fidèles de la paroisse. Des symboles qui expliquent la mission du catéchiste durant ses années de permanence à Bomoanga. Il s’agit de : la  Bible pour signifier qu’en que catéchiste, il n’a cessé de proclamer la Parole de Dieu dans les villages, à travers la formation des Animateurs de villages ; la natte, pour symboliser la fidélité de Jean-Baptiste et Albertine dans le mariage chrétien ; un habit traditionnel gourmantché pour montrer qu’il est possible d’être vrai gourmantché et vrai chrétien ; le mil appelé mil de Jean-Baptiste, parce qu’il est le promoteur de cette variété de céréales dans le village, et qu’il a formé les paysans à travailler avec la charrue ; la machine à coudre indiquant la formation donnée par Albertine aux femmes du village dans le domaine de la couture. Jean-Baptiste et son épouse ont également reçu chacun un nom traditionnel gourmantché.

Catechiste 30

A la fin de la célébration, Jean-Baptiste a dit toute sa gratitude à l’endroit de l’Eglise Catholique au Niger pour son accueil, ses marques de considération à leur égard (le couple). Il s’est aussi réjoui de l’accroissement du nombre de fidèles à la paroisse de Bomoanga, au fil des ans. Il y a de plus en plus de baptisés, de confirmés et même, de mariés à l’église. Puis, il a conclu par ces paroles : « merci à tous pour la formation. Car, en partageant mes expériences avec de nombreux couples, en donnant autant de formations, j’ai moi-même reçu beaucoup ».

catechiste 27

Notons que le catéchiste est arrivé au Niger, en juin 1988, après être sorti nouvellement de l’école des catéchistes de Namoungou, au Burkina Faso.

catechiste 24

Merci Jean-Baptiste et Albertine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *