Alfari DJIBO n’est plus de ce monde

ALFARI DJIBO PHASE 2

On ne reverra plus son visage souriant. On n’entendra plus jamais ses sages paroles et ses réflexions de grande qualité. Gabriel Alfari Djibo s’en est allé, laissant derrière lui une épouse et cinq enfants.

Depuis son décès survenu le jeudi 5 septembre 2019, à Niamey, les témoignages fusent de partout.  Et comme l’a si bien fait remarquer le père Anthony Coudjofio, Vicaire Général de Niamey, lors de son enterrement, « tous les témoignages concourent à affirmer que Monsieur Gabriel Alfari Djibo a été un homme cohérent. Il vivait l’évangile auquel il croyait ».

Premier Président du Groupe des Cadres Catholiques dénommé Groupe de Réflexion et d’Action des Cadres Catholiques (GRACC), Alfari Gabriel Djibo était un homme qui aimait beaucoup l’Eglise et qui l’a servi avec dévouement. Dans le mot qu’il a envoyé aux membres de ce groupe, Mgr Michel Cartatéguy, Archevêque émérite de Niamey, affirme qu’il a beaucoup estimé monsieur Alfari Djibo et placé en lui une grande confiance durant son épiscopat. C’était un homme, a-t-il soutenu, qui a fait entendre la voix de l’Eglise dans les sphères sociales du Niger. L’un des proches amis du défunt aussi témoigne qu’« Alfari Djibo fut un membre très actif et engagé pour la Communauté Chrétienne. Sa disponibilité pour le rayonnement de l’Eglise le faisait apporter sa modeste contribution sans jamais hésiter ».

Alfari Djibo était un bon père de famille. Son fils, Adam, témoigne : « Notre père était un homme dont nous, membres de sa famille… pouvons être fiers… Pour sa famille, il fut un homme droit sur qui chacun pouvait compter en toute circonstance… Il nous a toujours exhorté à la prière et à la lecture de la Parole de Dieu pour être enracinés dans notre foi et tenir fermes dans les épreuves de la vie. En tant que père, il fut un excellent guide et conseillé, un grand appui pour ses enfants, un excellent époux pour notre mère, et nous ses enfants, nous l’admirions. » Pour ses amis et connaissances, c’était un homme « simple, humble et efficace ».

Alfari Gabriel Djibo était aussi un « homme de foi » qu’on pouvait voir souvent en train de prier le Rosaire. Il aimait beaucoup la Vierge Marie.

Mais la grande surprise découverte après son décès, c’est que Alfari Gabriel était Associé aux Sœurs Franciscaines Missionnaires de Marie, communément appelées Sœurs FMM. Et cela, peu de personnes le savaient. Sœur Claudia raconte : « Un dimanche après-midi il sonne à notre porte. La sœur Zofia qui lui ouvre s’entend dire : « Je voudrais partager avec vous, un souci, ou du moins un désir qui m’habite ». Une fois accueilli il dit : « Je voudrais canaliser ma vie chrétienne  dans une spiritualité. En premier lieu j’ai pensé à la spiritualité Dominicaine. J’y ai réfléchi pendant un temps et après, je me suis dit : mais écoute, il y a les sœurs franciscaines à Niamey pourquoi ne pas prendre la spiritualité de Saint François d’Assise?  Et je me suis mis à chercher sur Internet. Mais je ne voudrais pas vivre cela seul, je voudrais pouvoir partager avec d’autres mais comment faire ? » C’est alors que sœur Zofia, lui parla des Associés FMM qui existent dans le monde surtout au Canada. Il en était très content et dès ce premier jour plein d’enthousiasme. C’était en 2012. Les jours qui ont suivi, il a recontacté la sœur Zofia pour une autre rencontre et c’est ainsi que les rencontres formatives sur Saint François et le Charisme FMM se sont multipliées. Il en était tellement ravi qu’il a commencé à en parler autour de lui et sans tarder ils se sont retrouvés à 4 pour la formation avec Denise Ferron, Christiane et un autre qui est actuellement au Canada.  Plein d’entrain il stimulait les autres et tous étaient très fidèles aux rendez-vous. Ils ont vite adhéré à l’Adoration eucharistique et tous les samedis soir il venait pour rester une heure devant le Saint Sacrement. Il exprimait sa joie, sa satisfaction vis-à-vis de sa nouvelle spiritualité et donnait toujours des témoignages de comment cela a changé sa vie relationnelle surtout au service. Deux ans plus tard, avec Mme Christiane Ouédraogo, ils ont fait leur engagement comme associés FMM en 2014, devenant ainsi les premiers Associés de la province du Burkina-Niger-Togo. Ainsi, la communauté était devenue sa famille, il se sentait concerné par tous les évènements joyeux comme douloureux qui touchent la communauté. »

Notons que « les associés sont des laïcs qui s’engagent à approfondir leur foi et à témoigner de l’évangile selon la spiritualité mariale des FMM et à partager avec la communauté le charisme eucharistique et missionnaire de la fondatrice, Marie de la Passion, à la manière de François et de Claire d’Assise. Les associés visent à promouvoir :

  • Un esprit ouvert à tous et à toutes dans l’engagement personnel et collectif.
  • La prière au cœur de l’engagement.
  • La pratique des béatitudes évangéliques dans la mission universelle, selon la spiritualité et le charisme franciscains.
  • La vie fraternelle par le témoignage des valeurs franciscaines de paix, joie, simplicité, solidarité et respect de la création (cf Encyclique du Pape François Laudato Si).

Frère Gabriel Alfari a vécu tout cela depuis 2012 à nos jours. Que le Seigneur le lui reconnaisse et lui accorde la récompense réservée aux fidèles serviteurs !

Alfari Djibo repose en paix !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *