Une délégation de la communauté musulmane en visite à l’Archevêché de Niamey PDF  Array Imprimer Array  Envoyer

visite delegation kiota 1Une délégation de la communauté musulmane s'est rendue à l'Archevêché de Niamey, hier, mardi 21 octobre 2014. Envoyée par le Khalif Moussa Aboubacar Kiota de la Communauté Tidjannya du Niger, elle est allée porter un message aux évêques. Il était 10h 40 mn lorsque les envoyés du Khalif de Kiota sont entrés dans la cour de l'Archevêché de Niamey. Cheik Barham Aboubacar Kiota, Cheik Tidjani Souleymane et Elh Ibrahim Maiguizo sont envoyés par le Khalif Moussa Aboubacar de Kiota « pour manifester sa communion avec l'Église catholique au Niger, suite à la nomination, par le pape François, de Monseigneur Laurent Lompo comme second archevêque de Niamey », a indiqué Cheik Barham, chef de la délégation. 

Accompagnés de Mme Fatouma Djibo, secrétaire de la commission diocésaine de dialogue islamo-chrétien, ils sont accueillis dans une ambiance conviviale par Monseigneur Michel Cartatéguy, désormais Administrateur apostolique de l'archidiocèse de Niamey, et Monseigneur Laurent Lompo. Après les salutations, les membres de la délégation sont conduits dans la salle apprêtée pour la rencontre.

 

visite delegation kiota 2

Visiblement heureux de la visite, Monseigneur Michel a adressé la bienvenue à leurs hôtes dans un ton de gaieté. Ce à quoi Cheik Barham a répondu en remerciant l'archevêque pour « l'accueil chaleureux » qui leur a été réservé. Puis, il a donné les raisons de leur visite : « Nous sommes venus ici ce matin, de la part du Khalif Moussa Aboubacar Kiota de la Tidjaniyya de Kiota, pour transmettre ses salutations fraternelles à la communauté chrétienne, féliciter Monseigneur Laurent Lompo, pour sa nomination comme nouvel archevêque de Niamey, et remercier Monseigneur Michel Cartatéguy pour son engagement en faveur du dialogue islamo-chrétien et de la paix au Niger ». Après cela, il a remis une lettre à chaque évêque, de la part du Khalif Moussa Aboubacar.

Reprenant la parole, Monseigneur Michel a salué cette initiative qui, selon lui, « n'est pas la première ». Il a saisi l'occasion pour remercier la communauté musulmane pour son amitié et sa solidarité à l'égard de la communauté chrétienne. Dans ce sens, il a « apprécié la disponibilité du Khalif » qui a toujours accueilli les responsables de l'Église catholique au Niger et œuvré pour la consolidation des relations entre chrétiens et musulmans, pour que règne la paix au Niger.

visite delegation kiota 3

À son tour, Monseigneur Laurent a « remercié la délégation d'être venue manifester la communion de la communauté musulmane à l'Église ». Puis, il a rappelé qu'au Niger, « les relations entre chrétiens et musulmans ne datent pas d'aujourd'hui. Et les pas franchis ont permis de nous estimer et de vivre en frères ».

À noter que dès les années 1960, Monseigneur Berlier (1961 – 1984), premier évêque du Niger, a privilégié la présence de l'Église au monde musulman comme ligne de force de la pastorale missionnaire, par « un témoignage silencieux ». Il s'agit d'une pastorale qui se vit au quotidien, à travers les rapports d'estime et d'amitié entre chrétiens et musulmans. Lesquels rapports se tissent par des visites à domicile, la participation aux événements (heureux comme malheureux) de part et d'autre, des séminaires, ainsi que des ateliers où chaque religion rend compte de sa foi, dans le but de mieux se connaître. Dans ce dialogue de vie, l'action des évêques n'est pas à négliger, parce qu'« ils s'investissent personnellement et entièrement en faisant de la rencontre avec nos frères musulmans une priorité », peut-on lire dans un document de la commission diocésaine chargée du dialogue islamo-chrétien. Un dialogue que Cheik Barham loue avec force car, « il contribue à la paix et à la cohésion sociale ». Parlant de la nomination de Monseigneur Laurent comme archevêque et de son importance pour le dialogue islamo-chrétien, il a affirmé qu' « il est un homme d'ouverture et de dialogue, et qu'il est capable de créer des ponts entre chrétiens et musulmans». C'est pourquoi, il a appelé chrétiens et musulmans « à ne pas répondre aux sirènes du mal qui cherchent à diviser, mais à s'ouvrir davantage les uns aux autres pour collaborer ensemble pour la paix et la prospérité ». Car, conclut-il, « la vraie foi, c'est celle qui rapproche les gens et mène à la paix ».

visite delegation kiota 4

Après les interventions, les leaders religieux ont échangé sur divers thèmes touchant les relations entre l'Église catholique et la communauté musulmane. À l'occasion, ils ont promis de consolider leurs relations et de travailler ensemble pour la paix et la cohésion sociale au Niger. La rencontre s'est achevée par une prière. Puis, les évêques ont raccompagné leurs hôtes jusqu'au portail de l'Archevêché où ils ont pris congé d'eux aux environs de 11h30mn.

 
RocketTheme Joomla Templates