"De ces cendres, nous allons nous relever" PDF  Array Imprimer Array  Envoyer

messe dim 0

 

Très tôt ce dimanche matin, dans les maisons des fidèles catholiques, chacun se prépare pour la messe dominicale. Cette célébration, personne ne voulait la manquer, surtout que le dimanche passé, pour des raisons de sécurité, toutes les célébrations eucharistiques ont été annulées. Dans les différentes paroisses de la ville de Niamey, des bâches ont été dressées. Des chaises louées sont mises en place, une table pour servir d'autel.

 

 

      messe dim 4     messe dim 5

     messe dim 7      messe dim 6

Tout est prêt pour la sainte messe qui ce dimanche a une résonnance particulière. Les deux archevêques de Niamey, Mgr Michel Cartatéguy et Mgr Laurent Lompo ont pris sur eux de faire le tour de toutes les paroisses pour donner un message d'apaisement et de pardon. À la fin de la messe, bien que l'incompréhension demeure encore chez la plupart des fidèles, le sentiment dominant est l'espoir. L'espoir de ne plus vivre ce genre d'évènement douloureux, l'espoir de repartir à zéro, de reconstruire les bâtiments, mais surtout l'espoir de bâtir une société reposant sur la fraternité et le dialogue entre les religions. A ce propos, Mgr Laurent Lompo a partagé avec les fidèles un proverbe. "Les hautes herbes dans la forêt peuvent cacher la pintade, mais ces herbes ne peuvent pas étouffer les cris de cette pintade". Pour Mgr Laurent, le royaume du mal, qu'il soit petit ou grand ne peut anéantir le royaume de la vérité. "Levons-nous et ne baissons pas les bras".

Vierge Marie incendiée

Avant les célébrations dominicales, l'Archevêque de Niamey, Mgr Michel Cartatéguy a réuni tous les prêtres de la ville de Niamey pour une cérémonie symbolique. Tous étaient là : prêtres et évêques de Niamey, devant la statue incendiée de la Vierge Marie, ce jeudi 22 janvier 2015, à 12h 30min. Le symbolisme est fort ! Car, cette statue, appartenant à la paroisse Saint-Augustin, est l'un des rares objets de piété qui n'est pas consumé dans les incendies qui ont touché les églises, le week-end dernier. Récupérée, la statue a été ramenée à l'Archevêché de Niamey. En réunissant tous les prêtres pour prier devant cette statue, Mgr Michel Cartatéguy a voulu qu'ensemble, ils offrent à la Vierge Marie, Mère de l'Église, la souffrance, mais aussi, l'espérance de la communauté chrétienne durement éprouvée par les émeutes. Selon l'Administrateur Apostolique de Niamey, « cette statue représente toutes les statues des églises brûlées ». Preuve pour lui, que « nous n'avons pas été anéantis ». Après ces mots d'espérance, il a invité chaque communauté de prêtres à déposer les cendres de son église brûlée devant la statue. Puis, il a dit : « ces cendres déposées ici aujourd'hui serviront à allumer la flamme de Pâques. Oui, de ces cendres, nous allons nous relever ! »

vierge 1     vierge 3

C'est pourquoi il a appelé chaque prêtre et chaque fidèle à l'espérance, et aussi, au pardon, à la bienveillance et à la fraternité à l'égard des musulmans. « Que personne ne dise "tant d'années d'effort de dialogue avec les musulmans pour rien." Ce qui est arrivé n'est pas le fruit du dialogue ; ce qui est arrivé doit nous engager à renforcer nos liens d'amitié et de fraternité avec les musulmans », a-t-il insisté. Et de conclure : « prions Marie, notre mère, pour qu'elle apaise nos cœurs et nous réconcilie les uns avec les autres ».

Plus de photos de la journée sur notre page facebook.

 
RocketTheme Joomla Templates