Les catholiques participent à la grande marche contre les agressions de Boko Haram PDF  Array Imprimer Array  Envoyer

soutien fds 1


Marche de soutien aux Forces de Défense et de Sécurité du Niger, ce mardi 17 février 2015. La population de Niamey est sortie massivement pour protester contre les agressions de Boko Haram contre le Niger et apporter son soutien vibrant aux Forces de Défense et de Sécurité déployées à la frontière du Niger avec le Nigéria. À noter la participation de l'Église Catholique à cette grande marche, à travers la présence de deux prêtres et des membres du Groupe de Réflexion et d'Action des Cadres Chrétiens Catholiques du Niger (GRAC).
 

 

Les membres du GRAC sont d'ailleurs allés à la marche avec le projet de lire un message. Dans ce message, ils ont écrit : « La nation que nous voulons construire tous ensemble, se fonde sur cette volonté exprimée par le Peuple souverain du Niger, de consolider perpétuellement le désir de vivre ensemble dans la cohésion des communautés en présence. » Puis, ils ont conclu en ces termes : « Aujourd'hui, jour pour jour, nous sommes à un mois des événements inattendus et tragiques que nous avons subis sans en comprendre les raisons. Ne nous trompons pas frères et sœurs nigériens, ceux qui ont détruit nos églises et infrastructures sont les mêmes contre lesquels nous marchons aujourd'hui. C'est le résultat de l'intolérance, de la haine et de l'exclusion de l'autre. »

soutien fds 2

La marche a commencé vers 9 heures du matin à la place Toumo de Niamey, avec, à sa tête, le Premier Ministre, Brigi Raffini, les deux épouses du Président de la République, ainsi que les membres du Gouvernement. Les participants à la marche se sont ensuite dirigés vers la place de la concertation, sise à l'Assemblée Nationale où les attendaient le Président de la République, Mahamadou Issoufou, et le Président de l'Assemblée Nationale. À leur arrivée à la place de la concertation, les participants ont encore brandi des pancartes et scandé des slogans comme : "Tous contre Boko Haram", "Boko Haram est haram"... Là, une cérémonie a été organisée.

La cérémonie a commencé par une fathia dite par un imam, suivie d'un enseignement de 5mn sur l'Islam et la paix, dispensé par un autre imam. Celui-ci a rappelé que l'Islam est une religion de paix et ne peut par conséquent tolérer que l'on tue des innoncents. À sa suite, le pasteur Kimso a prié pour que le Seigneur accorde la paix au Niger et à tous les pays de la sous-région agressés par Boko Haram. Après la prière, il y a eu lecture et remise au Président de la République du mémorandum rédigé par toutes les forces vives de la Nation. À travers ce mémorandum, elles ont réaffirmé leur détermination à combattre la secte islamiste Boko Haram qui a osé attaquer le Niger. Car, comme on pouvait le lire sur une grande affiche, "toucher Diffa, c'est toucher l'ensemble de la population nigérienne."
C'est pourquoi, dans sa déclaration, le Chef de l'État, Chef suprême des armées, Mahamadou Issoufou a affirmé qu' « on n'attaque pas impunément le Niger ! ». Et, selon lui, les forces de défense et de sécurité feront tout pour combattre et éradiquer Boko Haram. Le président a également profité de l'occasion pour remercier toute la population pour sa mobilisation et le soutien apporté aux FDS. Pour manifester leur unité aux autorités, les participants ont encore scandé le slogan : "Tous unis, nous vaincrons !"

 
RocketTheme Joomla Templates