Père Félix Lankoandé fête ses trente ans de vie sacerdotale PDF  Array Imprimer Array  Envoyer

chrismale new 2

 

28 avril 1985 – 28 avril 2015. Voilà 30 ans que le père Félix Lankoandé est ordonné prêtre. A cet effet, une messe a été célébrée à son intention, hier mardi 28 avril 2015, au Foyer Samuel de Niamey. A l'occasion, le père Félix s'est vu entourer de prêtres, religieuses et laïcs, ainsi que des jeunes du Foyer Samuel, venus communier à sa joie. A la place de l'homélie, le père Félix s'est prêté volontiers aux questions du père Anthony, responsable du Foyer Samuel, évoquant ainsi l'histoire de sa vocation, ainsi que ses joies pendant ses trente années de vie sacerdotale.

 

 Il ressort de cela que père Félix est né à Mannie (Burkina Faso) dans le diocèse de Fada N'Gourma. Il est du clan des "Lankoandé", nom difficile à traduire : "LAN" signifie « celui » et "KOANDE", « épreuve – vaillance ». Ceci dit, Lankoandé désigne « Celui qui connaît l'épreuve et qui n'accepte jamais la soumission devant l'adversité... vaincre ou mourir dans la dignité. Telle est la devise de son clan. Père Félix Lankoandé a eu sa vocation grâce à des religieuses canadiennes. Ayant appris à servir, il a décidé de consacrer sa vie à Dieu pour servir les hommes. Dans un document Ordination Sacerdotale : Félix LANKOANDE, datant du 28 avril 1985, père Félix disait : « Ce qui m'a le plus frappé dans ma formation au séminaire, c'est le sens du service. Je pense que c'est la seule vocation qui existe pour tout homme. Ma vocation sacerdotale est ma raison d'être. » Répondant à nos questions, hier, père Félix a réaffirmé : « devenir prêtre, c'est ma façon de donner ma vie aux autres par le service et dans le service. » Dans l'exercice de son ministère, à Dolbel, Makalondi ou encore, à Niamey où il est depuis trois ans, Père Félix a toujours fait montre de sa passion pour le service des autres. Dans leur discours adressé à lui à l'occasion de cette fête des 30 de sacerdoce, les jeunes du Foyer Samuel ont encore relevé son dévouement et son sens du sacrifice pour le bien des autres. Cela, même à table !

A la messe du mardi, Père Félix a également évoqué sa plus grande joie éprouvée en 30 ans de vie prêtre. « Ma plus grande joie, a-t-il déclaré, c'est de voir l'Eglise du Niger grandir. Oui, j'ai vu l'Eglise évolué quantitativement et qualitativement. J'ai aussi vu naître le Foyer Samuel, notre principale maison de formation des jeunes en état de vocation. Et aujourd'hui, je me réjouis énormément d'avoir des petits frères prêtres pour servir cette Eglise du Niger. » Poursuivant dans ce sens, père Félix a exprimé toute sa joie de voir l'un des fils du pays, Mgr Laurent Lompo, devenir Archevêque de Niamey. Pour lui, c'est la preuve que l'Eglise du Niger a grandi et est dynamique. Cependant, il a déploré tout le temps qu'il a fallu attendre pour avoir des prêtres diocésains. Il s'est aussi dit attristé et déçu par rapport aux événements des 16 et 17 janvier 2015, et « qui ont conduit au saccage, au pillage et à l'incendie de nos églises, alors même qu'un fils du pays se préparait à prendre la responsabilité de l'Eglise de Niamey ». Pour lui, « cela est choquant », mais n'entame en rien sa foi. « Avec la grâce de l'Esprit Saint et par la conjugaison des efforts des chrétiens, l'Eglise aura un avenir meilleur», a-t-il conclu. Après la messe, les participants ont partagé un repas dans la gaieté.

 
RocketTheme Joomla Templates