Rentrée scolaire 2015 : les écoles mission s’investissent dans le développement intégral des élèves PDF  Array Imprimer Array  Envoyer

ecole 00


A la veille de la rentrée scolaire 2015-2016, prévue le 1er octobre 2015 dans les écoles maternelles, primaires et secondaires du Niger, tout est fin prêt pour une rentrée réussie. Dans les écoles de la mission catholique, communément appelées « écoles mission », directeurs et enseignants sont prêts à commencer cette nouvelle année scolaire avec pour objectif principal : la promotion intégrale des élèves qui leur sont confiés.

 

« L'enseignement catholique est non seulement ouvert à tous, sans distinction de religion, de classe sociale et d'appartenance régionale, mais il est aussi un moyen de promotion du goût de l'effort, du travail bien fait, de la culture de la rigueur, du sens de la solidarité et de la charité chrétienne », a fait savoir la Sœur Thérèse Yôh Coulibaly, nouvelle directrice de l'école-mission de Dogondoutchi (une petite ville située à environ 300 km de Niamey, la capitale). Elle s'exprimait ainsi par rapport à la spécificité de l'enseignement catholique. Cela cadre parfaitement avec la vision de l'Eglise Catholique au Niger qui a toujours œuvré pour le développement intégral de l'homme et qui, pour cela, a inscrit l'école comme un élément essentiel et prioritaire dans sa pastorale sociale.

 

ecole 01

Au Niger, l'une des premières activités de l'Eglise Catholique a été de s'investir dans l'éducation. En 1948, le pourcentage des enfants scolarisés dans le pays était très faible: 3 à 4 %. Aussi, Monseigneur Quillard, alors Préfet Apostolique au Niger, a décidé d'ouvrir des écoles, notamment à Niamey. Il confiera la responsabilité des établissements à des religieuses. A sa suite, Monseigneur Berlier, son successeur, ouvrira d'autres établissements d'enseignement secondaire. Ce furent d'abord le Collège Mariama (1962) et le Lycée Issa Béri (1966), à Niamey, puis le Collège Fatima (1978) à Zinder. Cet établissement n'est resté que quelques années sous la responsabilité de la mission, avant d'être remis à l'Etat, faute de personnel (religieuses) de direction. Actuellement, l'Eglise Catholique au Niger compte de nombreuses écoles. « Nous avons achevé l'année scolaire 2014-2015 avec 30 écoles dont 13 écoles maternelles, 16 écoles primaires et un Complexe d'Enseignement Secondaire (collège et lycée) », a indiqué le directeur de l'enseignement catholique au Niger, Hassane Alamine, précisant que « près de 174 enseignant(e)s : 43 enseignantes de la maternelle et 131 enseignants du primaire dont 100 femmes ont assuré les cours pour les 9 057 élèves. Il s'agit de 2 079 élèves de la maternelle dont 1045 filles et 6 978 élèves du primaire parmi lesquels 3 338 filles. Le collège d'enseignement secondaire à Zinder que nous gérons comptait 490 élèves répartis ainsi : collège : 364 élèves dont 190 filles, et le lycée : 126 élèves dont 66 filles. Ces élèves sont encadrés par 8 professeurs permanents épaulés par plusieurs professeurs vacataires ». Et, selon lui, dans le diocèse de Maradi, 2 établissements sont en construction et ouvriront probablement leurs portes dès cette rentrée scolaire. Il s'agit d'un complexe secondaire à Tahoua et d'un jardin d'enfants à Tibiri (Maradi). Dans l'Archidiocèse de Niamey, les complexes scolaires du premier cycle à Dosso, Gaya, Niamey (Koo Ma Wadatta) et Torodi ouvrent progressivement les niveaux d'études.

Chaque année, dans les écoles-mission, la préparation de l'année scolaire commence déjà en juin de l'année précédente, avec l'inscription des nouveaux élèves, la répartition des élèves dans les classes, l'affectation des enseignants dans les différentes écoles et l'attribution des classes à chaque enseignant. « Cela permet à l'instituteur de préparer sa classe durant les grandes vacances. Cette préparation consiste à prendre connaissance du programme de ladite classe, d'établir les répartitions annuelles et mensuelles mais surtout de chercher les matériels lui permettant de rendre son enseignement vivant », a expliqué le directeur de l'enseignement catholique. L'objectif visé étant de former des hommes et des femmes pétris de valeurs intellectuelles et humaines

.ecole03

Contrairement à ceux qui pensent que l'école est faite pour fabriquer une élite qui ne viserait que le pouvoir financier, politique et social, l'Eglise catholique au Niger, elle, a opté pour une éducation qui allie instruction et formation aux valeurs. Une éducation qui considère l'homme, non pas comme un objet parmi tant d'autres, mais comme un sujet responsable, une personne qui se développe en relation avec les autres, avec la création et avec Dieu. A cet effet, Sœur Clémentine Rémadji, directrice de l'école maternelle Augustin Planque de Dogondoutchi, témoigne : « A la création de cette école il y a 5 ans de cela, nous nous sommes assignés comme objectifs de conjuguer nos efforts pour aider les enfants qui nous sont confiés à se préparer pour le cycle primaire, à être sociables, à développer leur personnalité, leur esprit de curiosité, leur esprit d'imagination et de créativité, à acquérir leur autonomie. Nous voulons également contribuer à leur éveil en leur proposant différentes activités journalières ». Et la nouvelle directrice de l'école primaire Mission de Dogondoutchi de soutenir que « l'enseignement de la morale, enseignée dans les écoles mission, est aussi nécessaire dans les autres écoles privées et publiques, parce qu'elle permet de promouvoir un vivre-ensemble harmonieux avec les autres et avec l'environnement ». Pour elle, l'école étant un milieu éducatif où l'on acquiert le savoir, le savoir-faire, le savoir-être et le savoir-vivre avec les autres, elle reste le lieu indiqué pour apprendre à vivre les valeurs sociales. Et cela est facilité par l'enseignement de la morale.

Dans les écoles mission, comme dans les écoles privées et publiques du Niger, la morale est enseignée. Interrogée à ce sujet, Sœur Clémentine affirme que concrètement, elle « consiste à apprendre aux enfants à avoir une bonne conduite en société : saluer, remercier, être gentil, tolérant, respectueux, solidaire et courageux, etc. En un mot, aider les enfants à avoir un comportement exemplaire en société et à cultiver un esprit d'ouverture, de tolérance et de sociabilité ». Toute chose qui pose la question de la qualité et partant, du rôle de l'école comme moyen d'humanisation et de socialisation des élèves.

 
RocketTheme Joomla Templates