L’Eglise de Niamey veut s’enraciner davantage dans les réalités du Niger PDF  Array Imprimer Array  Envoyer

assemblee 01 2015
« Au cours de cette assemblée diocésaine, nous aurons à porter un regard neuf sur notre manière d'évangéliser au Niger... Il est important de nous enraciner dans les réalités du Niger en mutation, pour que le Règne de Dieu grandisse dans ce pays. » Ainsi s'exprimait Mgr Laurent Lompo, nouvel Archevêque de Niamey, à l'ouverture de l'Assemblée diocésaine qui s'est tenue du 08 au 10 octobre 2015, dans la salle diocésaine, à la Cathédrale. 

 

 

assemblee 03 2015

139 prêtres, religieux, religieuses, et délégués laïcs des paroisses et institutions de l'Archidiocèse de Niamey ont pris part à cette grande rencontre, qui a lieu chaque année, au début de l'année pastorale. Ils se réunissent, en effet, pour réfléchir, échanger et proposer des actions pastorales à mettre en œuvre au cours de l'année pastorale qui commence, en lien avec les orientations de l'évêque et la mission définie par lui et l'équipe diocésaine chargée de préparer et d'animer l'assemblée.
La volonté, exprimée par l'Archevêque, d'enraciner davantage l'Eglise dans les réalités nigériennes, a été concrétisée par deux conférences. La première, intitulée « Changements en cours dans l'Islam et leur impact sur les jeunes », a été animée par Moulaye Hassane, enseignant-chercheur à l'Institut de Recherches en Sciences Humaines, affilié à l'Université d'Etat Abdou Moumouni de Niamey. Dans son exposé, le conférencier a brossé l'histoire de l'Islam au Niger, avant de présenter l'impact des changements en cours dans l'Islam sur la jeunesse, en majorité désœuvrée. La deuxième conférence, elle, a été animée par Mamoudou Djibo, enseignant-chercheur à l'Université Abdou Moumouni de Niamey. Lui aussi a exposé sur « les mutations dans la société nigérienne », au plan historique, socio-économique et politique. Il en ressort qu'au fil des ans, en dépit d'un effort de démocratisation du pays, le Niger a connu plusieurs coups d'Etat et plusieurs alliances entre les partis politiques créés au lendemain de l'avènement de la démocratie au Niger, en 1991. Ce qui révèle une certaine instabilité politique dans le pays. Sur le plan socio-économique, la pauvreté reste préoccupante, les valeurs traditionnelles d'accueil, de détachement vis-à-vis de l'argent, de respect, du travail... font de plus en plus place à l'inhospitalité, à la course effrénée vers l'argent, au gain facile, à la paresse, à la perte des valeurs morales, au non respect des ainés, etc. Toute chose qui invite donc à redoubler d'effort pour réintroduire de plus belle les valeurs dans la société et dans les habitudes des nigériens.

assemblee 02 2015

Ayant beaucoup apprécié ces conférences, comme d'ailleurs celle du père Maoro le lendemain, sur l'encyclique, "Loué sois-tu", du Pape François, et l'année de la Miséricorde qu'il a décidée pour cette année pastorale, les participants à l'assemblée ont aussi trouvé, à travers ces exposés, un appel à promouvoir les valeurs humaines et chrétiennes, en les vivant eux-mêmes et en les proposant à la société nigérienne. Et ce, dans tous les domaines d'intervention de l'Eglise au Niger : liturgique, social... Cela entre ainsi dans le cadre de l'évangélisation à mener au Niger. Selon le père Maoro, l'Eglise se doit de « Célébrer, Proclamer et Témoigner de la BONNE NOUVELLE de Jésus-Christ ».

Ces trois jours de rencontre auront ainsi permis aux agents pastoraux de l'Archidiocèse de Niamey de prendre encore plus conscience de l'importance et de la nécessité de leur mission au sein de la société nigérienne. « Je retiens que nous devons êtres des témoins crédibles de Jésus-Christ au Niger», a affirmé William, un étudiant, à l'issue des conférences.

assemblee 04 2015

L'assemblée s'est achevée par une belle célébration eucharistique, le soir du samedi 10 octobre, à la cathédrale. Célébration présidée par Mgr Laurent Lompo. Dans son homélie, il a dit que « nous sommes tous invités à nous engager pour la mission au Niger, malgré les difficultés qui surgissent aujourd'hui et qui peuvent surgir de nouveau demain ». Puis il a ajouté : « Le Christ ne nous invite pas à aller en guerre contre les autres, mais à nous munir des armes de la foi, de la tolérance et du pardon pour tenir devant l'ennemi ». Commentant l'évangile de ce 28e dimanche du temps ordinaire, année B, l'archevêque a affirmé que « c'est par notre fidélité à Dieu dans le quotidien de notre vie que nous pouvons résister aux assauts du mal, qui cherchent à nous détourner de l'essentiel, c'est-à-dire de Dieu, l'auteur de la sagesse, qui nous permet de vivre éternellement et de manière rassurante ». Poursuivant, Mgr Laurent a exhorté chacun et tous « à ouvrir nos cœurs pour que la foi s'enracine profondément en nous ». Car, selon lui, c'est cela d'abord « notre mission au Niger ». Cette mission consiste aussi « à aimer Dieu et à le faire aimer par les autres ». Puis, il a conclu son homélie en ces termes : « Ici rassemblés, nous avons tous la mission de faire grandir le Royaume de Dieu au Niger. Engageons-nous donc sans réserve et sans peur, malgré nos blessures des 16 et 17 janvier 2015. Tout en nous appuyant sur le passé, tournons nos regards vers l'avenir avec les paroles du Christ sur la croix : "Pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font" (cf. Lc 23, 34). ».

 
RocketTheme Joomla Templates