La paroisse Sainte Thérèse de Niamey célèbre ses 20 ans d’existence PDF  Array Imprimer Array  Envoyer

ste therese 1La paroisse Sainte Thérèse de Niamey a célébré ses 20 ans d'existence ce dimanche 18 octobre 2015, dans une ambiance des grandes fêtes. C'est en effet en décembre 1995 qu'est née la petite communauté chrétienne de Banifandou, un quartier périphérique de Niamey. A l'époque, le petit groupe de chrétiens se rassemblait sous un hangar pour prier, accompagné par le père Hervé, prêtre de la Société des Missions Africaines (SMA). Aujourd'hui, la communauté, devenue grande et plus dynamique, célèbre ses 20 ans de vie et de participation effective à la mission du Christ au Niger, dans une grande et belle église. Mgr Laurent Lompo a d'ailleurs souligné que la participation de la communauté à la mission lui a permis d'être éduquée dans la foi et de prendre conscience de ses responsabilités. Entouré de nombreux prêtres, religieux, religieuses et laïcs de Niamey, l'Archevêque de Niamey a présidé la messe, au cours de laquelle il a consacré le nouvel autel de l'église et conféré le sacrement de confirmation à 5 baptisés. Cette messe a été aussi l'occasion de célébrer la fête patronale (Ste Thérèse) de la paroisse.

 

ste therese 2

Dans son homélie, l'Archevêque de Niamey a dit que « nous avons raison de rendre grâce à Dieu pour les signes vivants et d'espérance que nous contemplons dans cette paroisse avec les yeux de la foi et à la lumière de l'Evangile ». Puis, partant du proverbe : « la pierre venant d'une vieille maison ne doit pas avoir peur de la guerre », il a soutenu que « le chrétien convaincu de sa foi et marchant derrière le Christ, ne doit pas avoir peur des souffrances dans l'annonce de l'Evangile ». Aussi a-t-il exhorté la communauté chrétienne de Banifandou à poursuivre la mission du Christ au Niger, en acceptant de souffrir, comme Sainte Thérèse, patronne de la paroisse, qui, « sur son lit de souffrance, s'est engagée à aimer et à prier pour le monde ». Pour lui, accepter de souffrir, « ce n'est pas rechercher la souffrance pour elle-même, mais avoir le courage de porter sa croix par amour, comme une manière de communier à la souffrance du Christ ». Commentant l'Evangile, Mgr Laurent a dit que « Jésus nous appelle à l'imiter, car "il est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude" ». Selon lui, il s'agit concrètement de « servir les autres avec grande humilité et de façon désintéressée, s'engager dans ce monde sans foi ni loi, donner de son temps et de son avoir pour que l'Evangile pénètre les cœurs des autres ». Et prodiguant ses conseils aux confirmands, il les a invités à être des signes de la présence du Christ au Niger.

ste therese 3

La joie et la satisfaction se lisaient sur les visages de tous ceux qui ont pris part à la célébration eucharistique de ce dimanche des Missions. Car, comme plusieurs paroisses de Niamey, le 17 janvier 2015, Sainte Thérèse avait aussi été mise à cendre par les manifestants contre les caricatures de Charlie hebdo. Plusieurs mois plus tard, elle est restaurée grâce à la contribution de la communauté, du diocèse et d'autres bienfaiteurs.

Notons que la communauté de Banifandou a été érigée en paroisse Ste Thérèse en 1997. Plusieurs prêtres s'y sont succédés : pères Hervé (SMA), Louis Lopez (SMA), Guy Olivaud (SMA), Michel Bertonneau (SMA), et Flavien Akpo (diocésain), l'actuel curé de la paroisse. Aujourd'hui, la paroisse compte plusieurs groupes bien conscients de leurs missions. Dans son mot, le père Michel Bertonneau a, à juste titre, souligné le dynamisme, la responsabilité, l'engagement et la générosité de la communauté.

ste therese 4

 
RocketTheme Joomla Templates