Célébration commémorative des événements de janvier 2015 PDF  Array Imprimer Array  Envoyer

aniversaire 1
C'est dans une ambiance de prière et d'action de grâce que l'Eglise Catholique au Niger a commémoré les événements des 16 et 17 janvier 2015. L'histoire retiendra, en effet, que ce fut le 16 et le 17 janvier 2015 que, sous prétexte de marcher contre les caricatures de Charlie Hebdo à Paris, 7 paroisses et d'autres infrastructures des deux diocèses de Niamey et de Maradi ont été saccagées, pillées et brûlées, comme d'autres églises et établissements privés. Ce dimanche 17 janvier 2016 donc, évêques, prêtres, religieux, religieuses et fidèles chrétiens du Niger se sont retrouvés dans les églises pour prier en mémoire de ces événements.

 

 

« En célébrant ce premier anniversaire, est-il écrit dans la monition introductive de la célébration eucharistique, notre objectif n'est pas de célébrer le deuil, encore moins de raviver en nous les événements douloureux. Mais, nous voulons témoigner de la grande espérance qui est en nous à l'instar du peuple juif qui commémore tous les ans la destruction du premier et du second temples de Jérusalem. Nous voulons aussi, en méditant cette page éprouvante de l'histoire de notre Eglise Famille, reconsidérer le rôle et la place qui sont les nôtres dans cette nation nigérienne, et affirmer notre désir à travailler à la restauration d'une cohabitation pacifique et fraternelle entre musulmans et chrétiens ». Notons que pour vivre cette commémoration dans la communion, les fidèles catholiques ont vécu la même la liturgie, élaborée pour l'occasion.

anniversaire 2

De façon particulière, le rite pénitentiel a consisté en une procession avec trois symboles : la cendre, le sable et le logo de la miséricorde. La cendre est le symbole des « églises pillées, saccagées et brûlées, mais aussi l'espérance qui habite nos cœurs, car notre Eglise Famille renaît de ses cendres. » Ces cendres sont donc le symbole de « nos personnes fragilisées présentées au Seigneur pour qu'il nous rétablisse dans notre dignité de fils »; le sable symbolise la terre nigérienne et ses valeurs que l'Eglise aime ; le logo de la miséricorde, est le symbole du pardon que les chrétiens du Niger sont appelés à offrir à ceux qui les ont offensés. Tous ces symboles visaient donc à exprimer la volonté ferme de l'Eglise Catholique au Niger de s'enraciner davantage dans les réalités du Niger et de prier pour l'amour, la tolérance, la justice, la paix, le pardon et la solidarité dans le pays.

A Niamey, l'Archevêque, Mgr Laurent, a célébré la messe à la paroisse Saint Paul, l'une des paroisses brûlées. Dans son homélie, il rendu grâce à « Dieu qui nous a préservés du pire ». Il a aussi exhorté les chrétiens à ne pas entretenir le mal dans leur cœur et autour d'eux, et à pardonner.
Notons que la commémoration de ces événements a été introduite par un triduum, du mercredi 13 au vendredi 15 janvier 2016.

 
RocketTheme Joomla Templates