Prêtres, à l’école de la Miséricorde PDF  Array Imprimer Array  Envoyer

mgr presby


«Prêtre, bénéficiaire et dispensateur de la miséricorde ». C'est le thème autour duquel se sont réunis les prêtres de l'Archidiocèse de Niamey, dans le cadre du "traditionnel" presbyterium, qui se tient chaque année pendant le temps de carême. Cette année, le prédicateur de cette importante rencontre qui marque l'unité des prêtres autour de leur évêque, a été le père Jean-Emmanuel Konvolbo, professeur de Bible au Grand Séminaire Saint Jean-Baptiste de Ouagadougou.

 


Deux jours durant (02 - 03 mars 2016), au Centre Siloé (à une vingtaine de kilomètres de Niamey), une trentaine de prêtres, réunis autour de leur Evêque, Mgr Laurent Lompo, ont donc réfléchi sur le vécu de la miséricorde dans leur vie personnelle et dans leur pastorale. « En tant que prêtres, en cette année de miséricorde, nous devons contempler davantage la miséricorde de Dieu, en prendre conscience et la mettre en pratique à tout moment », a dit le prédicateur dans son premier enseignement, avant d'ajouter : « nous devons aussi susciter la miséricorde dans le cœur des fidèles ». La miséricorde, a-t-il expliqué, signifie « être sensible à la misère des autres. Selon Saint Augustin, elle consiste également à avoir du cœur auprès des pauvres ». Le père Konvolbo a aussi fait savoir que « dans la perspective biblique, la miséricorde (Rahmim) n'est pas quelque chose que l'on conçoit rationnellement, mais plutôt quelque chose que l'on sent ou ressent au plus profond de soi-même ». Ainsi, « la miséricorde désigne la puissance particulière de l'Amour de Dieu qui est plus fort que le péché et l'infidélité de l'homme », a-t-il poursuivi. Et de fermer cette page de définitions en ces termes : « finalement être miséricordieux, c'est se laisser atteindre par la souffrance des autres. » En fin bibliste, le père Jean-Emmanuel a aussi décrit 3 régimes de la miséricorde, à savoir : l'Amour inconditionnel et fidèle de Dieu (exemple : l'attention de Dieu à l'égard d'Israël et la sortie d'Egypte : Ex 3, 1-12 ; 3, 17 – 4, 31 ; la parabole de l'enfant prodigue) ; l'Amour conditionné de Dieu, marqué par les termes de l'Alliance (Ex 19, 3-9) ; l'Amour miséricordieux de Dieu : la Rédemption, qui intègre la justice en la dépassant.

Poursuivant son enseignement l'après-midi, le prédicateur a exhorté les prêtres, rendant présent le Christ dans le monde, à être miséricordieux entre eux, mais aussi, à l'égard des fidèles. Partant de l'histoire, dans la Bible, de Joseph pardonnant à ses frères qui l'ont vendu, le père a fait observer que « la miséricorde permet à l'histoire de continuer, et à la vie de reprendre ». S'en est alors suivi un échange très enrichissant, qui s'est d'ailleurs poursuivi après le dîner.

Le lendemain matin, les prêtres ont participé à une conférence-débat animée par Moustapha Kadi, un acteur de la société civile nigérienne. Dans son exposé portant sur le "Nouveau paysage socio-politique du Niger", le conférencier a donné aux prêtres une clé de lecture et d'analyse de la situation socio-politique du pays. Une manière donc de leur permettre de mieux penser la pastorale et l'engagement de l'Eglise Catholique au Niger dans ce domaine. Pour les pasteurs réunis à Siloé, il est donc nécessaire de travailler davantage, à tous les niveaux de la société nigérienne, à la paix, la justice, le pardon, la réconciliation et le développement dans le pays. C'est, animés de cette volonté, mais aussi, de foi, d'espérance, de charité, qu'ils ont achevé leur rencontre

 

 
RocketTheme Joomla Templates