Les jeunes sont un atout pour le monde et pour l’Eglise PDF  Array Imprimer Array  Envoyer

assemblee 2016 4 1 1

Au deuxième jour de l'Assemblée diocésaine, les participants ont porté leur réflexion sur la situation de la jeunesse nigérienne. Cela, à partir d'une conférence animée par le Pasteur Issa Abdou, sociologue et formateur en leadership, sur le thème : « Lecture socio-anthropologique des réalités de la jeunesse au Niger ». Pendant 1h 30mn, Pasteur Issa, travaillant lui-même dans le domaine de la jeunesse au Campus évangélique de l'Université d'Etat, a tenu en haleine l'assemblée, en décrivant, avec clarté et réalisme, la situation des jeunes au Niger. « Selon le dernier recensement général de la population daté de 2012, parmi les 17 138 707 habitants que compte le pays, les jeunes représentent 51,6 % de la population ayant moins de 15 ans », a fait savoir le conférencier.

 

 

Comme dans plusieurs autres pays, a-t-il indiqué, « les jeunes représentent la frange de la population la plus fragile et la plus vulnérable de par leur situation intermédiaire entre l'enfance autrefois bénéficiant d'une attention prioritaire des parents et l'âge adulte à laquelle ils sont laissés à eux-mêmes ».

Partant de cela, l'animateur du Campus évangélique pour jeunes a exposé les difficultés, les atouts et les défis qui affectent la jeunesse nigérienne aujourd'hui. S'agissant des difficultés, il a dit que « le problème du chômage et de sous-emploi est la première difficulté à laquelle les jeunes font face quand ils tentent une insertion professionnelle. Le déphasage entre les formations et les compétences recherchées sur le marché du travail a contribué à aggraver la situation ». Et d'ajouter : « le taux de chômage de 19,1 % est préoccupant dans un contexte où près de la moitié de la population a moins de 15 ans », avant de faire constater que « ce phénomène retarde la transition de beaucoup vers l'autonomie financière, familiale et résidentielle ». Conséquence : « Selon Jean Lieby, responsable de l'Unité Protection de l'enfant au Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (Unicef), "au Niger, le nombre élevé de jeunes fait de ce groupe une force potentiellement explosive". » En plus du chômage, « beaucoup de jeunes connaissent une précarité financière importante. La pauvreté ou les difficultés familiales sont souvent à l'origine de leur rupture scolaire. Sans accès à l'information, sans moyen de transport (mobylette ou vélo...) et sans pouvoir se payer le taxi, ils n'ont pas non plus eu la possibilité d'accéder aux opportunités éventuelles de formation professionnelle ou d'emploi... L'impossibilité de se projeter dans l'avenir et de construire un projet professionnel, la délinquance, la dépendance des jeunes vis-à-vis de la famille, une insertion socioprofessionnelle plus difficile, le vagabondage sexuel qui dispose les jeunes aux MST, IST et VIH SIDA... sont aussi des maux qui minent la jeunesse. »

assemblee 2016 4 1

Heureusement, les jeunes ont aussi des atouts. Le premier atout, c'est eux-mêmes, a affirmé le pasteur, avant d'expliquer : « Dieu les a créés à son image. Dieu les a dotés de talents, de dons, d'un potentiel énorme. C'est pourquoi, le premier atout du jeune, c'est sa dignité, car étant créé à l'image de Dieu. Il a de la valeur, de l'importance aux yeux du Dieu Créateur ». De même, « la jeunesse est un élément déterminant pour nos communautés religieuses. Les jeunes sont une clé et un levier pour le développement du Royaume de Dieu. Pour David Wilkerson, "les jeunes sont une partie de l'Eglise d'aujourd'hui, mais la totalité des leaders de demain". » Ce qui fait dire au pasteur Issa que les jeunes sont un atout à la fois pour l'Eglise et pour le monde, dans la mesure où ils constituent un grand potentiel pour chaque famille, pour chaque communauté politique, religieuse... Ils sont l'espoir d'une génération montante d'un pays, d'une cité, par l'esprit de créativité. C'est pourquoi, chaque jeune qui vient au monde est porteur d'espoir pour l'humanité. Dans ce sens, a-t-il poursuivi, en citant un Chef d'Etat, « tout pays ... meurt quand sa jeunesse meurt. » Aussi est-il important, selon le conférencier, que tout le monde mette la main à la pâte pour relever les défis ci-après : « protéger les jeunes en luttant contre la pauvreté et en mettant fin à leur exploitation et leur instrumentalisation ; faire participer les jeunes à un programme pour un monde de paix et d'harmonie ; dégager de nouvelles pistes porteuses d'espoir et de joie pour notre jeunesse ; faire de chaque jeune un citoyen nouveau, capable de relever le défi du développement, de s'investir pleinement dans la construction de la nation, la construction et la consolidation de la paix ; accompagner et édifier la jeunesse engagée dans le processus de développement, plus particulièrement dans le domaine de la protection de l'environnement... »

Après la conférence, les participants ont longuement débattu de la situation de la jeunesse au Niger en général, et dans leurs localités respectives en particulier. Il en est ressorti que les agents pastoraux doivent être plus en contact et en dialogue avec leurs milieux, afin d'y apporter les valeurs évangéliques pour les transformer selon la volonté du Christ.

Forts de cela, les délégués des paroisses se sont retrouvés l'après-midi pour choisir leurs actions pastorales annuelles (deux par paroisse), en lien avec la mission de cette année : « Famille chrétienne en dialogue avec la société, sois témoin du Règne de Dieu dans les réalités du Niger ». Et comme la veille, ils ont chanté les vêpres pour clôturer les travaux de la journée.

 
RocketTheme Joomla Templates