Début de la session pastorale à Maradi PDF  Array Imprimer Array  Envoyer

mgr ambroise


Les travaux de la session pastorale du diocèse de Maradi ont débuté ce mardi, 10 octobre 2017, au centre d'accueil missionnaire (CAM) de Maradi. C'était en présence de Mgr Ambroise Ouédraogo, évêque de Maradi, entouré des prêtres, religieuses et délégués laïcs de toutes les paroisses dudit diocèse.

Après la prière des laudes, Mgr Ambroise a présenté à l'Assemblée celui qu'il a choisi et nommé comme son Vicaire Général, c'est-à-dire son plus proche collaborateur. Il s'agit du père Justin Séguéré, prêtre du diocèse, ordonné en 2003. Prenant la parole, celui-ci a d'abord remercié l'évêque pour la confiance placée en sa personne à travers sa nomination.

 

ad maradi 1 

Puis, après avoir exprimé sa peur face à cette lourde mission, il s'est tout de même dit confiant en la grâce de Dieu et en l'appui de son évêque et du peuple chrétien pour accomplir la tâche qui lui est confiée. Poursuivant son intervention, le nouveau Vicaire Général a indiqué que « cette session pastorale se veut une occasion d'élaborer un nouveau Plan pastoral, après le précédant qui a duré cinq ans (2012-2017) ». Selon lui, ce travail doit être fait dans un esprit d'évangélisation. Et de préciser : « évangéliser avec ce que nous avons et ce que nous sommes pour un renouvellement fécond de chacun de nous et la transformation des cœurs et de la société. » Puis il a ajouté : « nous sommes donc des missionnaires et nos actions doivent être menées dans la prière. »

ad maradi 3

Reprenant à son tour la parole pour son mot d'ouverture de la session, Mgr Ambroise Ouédraogo a dit que « l'heure est venu de faire le bilan du plan quinquennal qui s'achève et de faire de nouvelles projections, après seize ans d'existence du diocèse. » Il a aussi dépeint la situation du diocèse. A mesure que le temps passe, a-t-il souligné, le nombre des agents pastoraux (prêtres et religieuses) diminue. Par exemple, en 2012, ils étaient 50 à travailler à l'élaboration du plan quinquennal qui s'achève. Aujourd'hui, ils ne sont plus que 10. Seule donc une dizaine d'agents pastoraux « détiennent encore la mémoire du diocèse ». Et même avec l'arrivée des nouveaux, le nombre est en baisse. D'où, a dit l'évêque, la nécessité de prier et de travailler pour la promotion des vocations sacerdotales et religieuses dans le diocèse en particulier, et au Niger en général. Puis, il a conclu par ces mots : « aux nouveaux agents pastoraux de notre diocèse, je dis : n'ayez pas peur ! Le Niger est un beau pays. »

ad maradi 2

Après l'introduction de l'animateur de la session, père Frédéric, Vicaire épiscopal chargé de la pastorale sociale dans le diocèse de Koudougou, au Burkina-Faso, les participants ont écouté les rapports d'activités paroissiales de l'année pastorale 2016-2017, dans la matinée. Puis, dans l'après-midi, ils ont évalué, en carrefour, le plan quinquennal 2012-2017.

La journée s'est achevée vers 19h 30 avec la messe célébrée par le père Pascal, vicaire à la Cathédrale de Maradi.

 
RocketTheme Joomla Templates