Entretien avec le nouveau Vicaire Général de Maradi PDF  Array Imprimer Array  Envoyer

p justin seguere
En début d'année pastorale, Mgr Ambroise Ouédraogo, Evêque de Maradi, a nommé un nouveau Vicaire Général. Celui-ci a accepté de nous accorder cet entretien.

Bonjour père. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
Je m'appelle père Justin SEGUERE. Je suis d'origine burkinabè. J'ai été incardiné dans le diocèse de Maradi en 2001, et ordonné prêtre en 2003. Et depuis mon ordination, j'ai été vicaire à la cathédrale de Maradi, de 2003 à 2007 ; curé à la paroisse de Tahoua, de 2007 à 2015, avant d'être envoyé en Côte d'Ivoire (à Yamoussokro) pour des études de Théologie du développement, de 2015 à 2017.


Vous venez d'être nommé Vicaire Général du diocèse de Maradi. Quelles sont vos impressions ?
Rire. D'abord, une surprise d'avoir été appelé par mon évêque pour assumer cette charge. Je ne m'y attendais pas. Mais, je l'accueille comme une grâce que le Seigneur nous donne pour vivre une nouvelle étape dans la mission qu'il nous a confiée dans le diocèse de Maradi. Et comme je l'ai dit dans mon mot d'accueil, à l'ouverture de la session pastorale, c'est avec tous et chacun que nous allons accomplir cette mission, à travers les efforts que nous allons fournir pour vivre dans la communion et travailler ensemble.

Pouvez-vous nous dire qui est le Vicaire Général dans un diocèse et quelle est sa mission ?
Vraiment je ne connais pas grand-chose, parce que c'est la première fois que j'ai été nommé vicaire général et l'évêque ne m'a pas encore donné de cahier des charges. Je sais seulement que le vicaire général est là pour aider l'évêque dans sa tâche d'administration du diocèse, et comme on l'a si bien dit au début de la session, il est là pour mettre en œuvre le plan stratégique que nous sommes en train d'élaborer.
Je suis sûr qu'après la session, il me donnera mon cahier des charges.

La présente session a pour objectif l'élaboration et l'adoption d'un nouveau plan stratégique pastoral. En tant que Vicaire Général, quelle sera votre tâche dans la mise en œuvre de ce plan, et comment comptez-vous vous y prendre ?
Je pense que cette mission qui me sera confiée me permettra d'abord d'être en contact avec les agents pastoraux. Puis, de construire une sorte de communion avec eux, en lien avec l'évêque, pour travailler et mettre en œuvre ce plan.

C'est vrai que, par le passé, nous avions eu déjà des plans pastoraux, mais ce n'est pas la même chose avec celui que nous élaborons présentement. Par exemple, de 2005 à 2012, nous avons travaillé avec un plan. Mais celui-ci est un peu plus scientifique et précis. Ce qui nous permettra justement, à travers les responsabilités qui seront confiées à chacun, de nous mettre ensemble, en synergie, pour réaliser quelque chose de bien précise, afin d'atteindre notre vision, notre objectif.

Un dernier mot ?
Je vis d'abord dans l'espérance, en rendant grâce à Dieu pour ce qu'il ne cesse de réaliser dans notre vie et dans le diocèse de Maradi. Monseigneur aime parler de « petit troupeau ». C'est vrai que nous sommes un petit troupeau. Mais, j'ai aussi espoir que ce troupeau grandira un jour. Et si nous, agents pastoraux, avec l'évêque, nous nous mettions ensemble, la main dans la main, dans la communion et la fraternité, pour travailler, je pense que ça sera la voie la plus indiquée pour réussir la mission, à nous confiée dans ce diocèse. Et nous comptons sur vos prières et, pourquoi pas, sur les missionnaires que vous pourriez nous envoyer pour nous aider. Merci.

 

 
RocketTheme Joomla Templates