Zinder : la Communauté chrétienne renaît de ses cendres PDF  Array Imprimer Array  Envoyer

p makoka
Zinder est l'une des communautés touchées de plein fouet par les événements douloureux de janvier 2015. Présent à la session pastorale de Maradi, le curé de la paroisse, père Joseph Francis Makoka (père Missionnaire d'Afrique), a accepté de se prêter à nos questions.

Bonjour père. Quelle est la situation dans votre paroisse actuellement, après les événements dramatiques qu'a vécu la communauté chrétienne le 16 janvier 2015 ?
Les événements du 16 janvier 2015 nous ont beaucoup secoués à Zinder. Mais, je vais vous assurer que la paroisse évolue tout doucement, et la situation actuelle est rassurante, même si l'évolution est lente.


Parlez-nous un peu de votre paroisse et de vos activités.

A la paroisse, nous avons les célébrations eucharistiques tous les jours. Parfois, c'est le matin ; d'autres fois, c'est le soir. Et le dimanche, la messe dominicale, à 9 heures. Il y a également d'autres activités organisées par les groupes et mouvements (lecteurs, chorale, servants de messe, groupe des vocations, etc.). Le groupe des jeunes, composé d'une quarantaine, a aussi ses activités, mais reste à redynamiser. Il en est de même du groupe des femmes, qui organise une rencontre bihebdomadaire, ainsi que d'autres activités. Il existe également le mouvement des travailleurs, qui a des réunions de temps en temps. Un autre groupe est celui qui s'occupe de la pastorale des prisons. Dans la paroisse, il y a une commission qui œuvre pour l'éducation à la justice, à la paix, à la tolérance et à la cohabitation pacifique. C'est un atout. En plus de cette commission, il y a un comité de dialogue avec les musulmans, composé de trois chrétiens et trois musulmans. C'est avec ce comité que nous travaillons avec les jeunes. Il y a aussi la pastorale de la santé, qui prend en compte nos deux dispensaires des sœurs de Saint Joseph de Cluny et des sœurs de l'Assomption, à Karakara.
Nous avons également deux écoles primaires, un collège et un lycée. La paroisse organise également la pastorale des migrants.
Nous sommes également en contact avec nos frères protestants, avec qui nous travaillions. Donc, il y a plusieurs activités qu'organise la paroisse tant sur le plan spirituel qu'humain.

Vous avez parlé du groupe des jeunes existant dans votre paroisse. Organisent-ils des activités avec les jeunes musulmans ?
Les activités qui ont été menées, c'est la fête des retrouvailles lors des grandes fêtes chrétiennes et musulmanes (Noël, Pâques, Ramadan, etc.). Par exemple, le 25 décembre 2016, une trentaine de jeunes se sont retrouvés pour marquer la fête de Noël ensemble. A la fête de Ramadan, les jeunes musulmans ont aussi invité les jeunes chrétiens pour fêter avec eux. En ce qui concerne la protection de l'environnement, les jeunes musulmans ont invité leurs frères chrétiens à planter des arbres dans l'enceinte du lycée municipal de Zinder et dans les écoles primaires de la mission. Il y a également eu des séances de salubrité menées ensemble, avec l'appui de la mairie, et le camp des jeunes chrétiens et musulmans. Et nous poursuivons la réflexion sur d'autres activités à mener ensemble pour témoigner, chacun, de sa foi, afin de montrer au monde qu'il est possible de travailler ensemble sans partager la même foi.

Comment apercevez-vous l'avenir de cette communauté ?
La paroisse compte environ 250 fidèles chrétiens. Mais, chaque dimanche, il y a entre 100 et 150 fidèles qui participent régulièrement à l'eucharistie.
La communauté de Zinder est donc une petite communauté, mais elle est convaincue de vivre sa foi au milieu des musulmans. C'est une communauté qui essaye de porter la lumière du Christ au milieu des musulmans. Une communauté qui persévère, malgré les incompréhensions et les offenses de toutes sortes dont elle est parfois victime de la part de certains habitants de la ville. Elle est convaincue qu'elle doit rester pour témoigner de l'amour du Christ au milieu de la population, en majorité musulmane.

On le sait bien, l'école primaire mission de Zinder a formé beaucoup de personnes qui, aujourd'hui, exercent diverses responsabilités au Niger. En plus de l'école primaire, il existe même aujourd'hui un collège. Mais, ces écoles gardent-elles leur crédibilité d'antant ? Apportent-elles un plus à la localité, et même à la région ?
Vous savez bien que la mission catholique a toujours à cœur de contribuer au développement du pays. Pour cela, elle investit beaucoup dans l'éducation et la santé. Ce sont là deux pôles qui font partie du développement de la personne humaine et d'un pays. Et l'éducation qui est donnée par nos écoles est de qualité. Jusqu'à présent, nous sommes très sollicités. C'est dire que l'éducation donnée dans nos écoles garde sa crédibilité d'antan. Les enseignants sont dévoués, les programmes sont exécutés dans le temps et les cours finissent à temps. Donc, c'est une bonne chose que l'Eglise Catholique au Niger continue à investir dans ce domaine. Cela contribue d'ailleurs à l'œuvre d'évangélisation au Niger.

Le "Témoignage" est l'un des objectifs du Plan Stratégique Pastoral qui vient d'être élaboré à la session. Avez-vous déjà une idée de ce que vous pouvez faire, en tant que communauté chrétienne, pour mieux rendre témoignage au Christ, dans le sens de la promotion de la paix et de la tolérance dans votre localité ?
Oui, la communauté chrétienne qui se trouve à Zinder va poursuivre sa mission à travers le témoignage. Et d'abord, nous allons insister sur la question de l'identité chrétienne, en mettant donc un accent particulier sur l'enracinement dans la foi chrétienne. Sans oublier, bien sûr, l'ouverture aux autres (les musulmans). Nous allons aussi promouvoir l'éducation à la paix et au dialogue avec les autres qui ne partagent pas notre foi. Donc, notre vie de témoignage se vit et va continuer dans l'amour, l'entraide et la compassion dans les moments de joie et de peine. Bref, nous allons essayer de vivre notre foi comme le Seigneur nous le demande.

Un dernier mot ?
Merci de m'avoir accordé cette occasion pour parler de la paroisse de Zinder et pour l'intérêt que vous portez à cette communauté. Je suis fier d'être missionnaire d'Afrique et de travailler au Niger. Je prote le Niger dans mon cœur. Je ferai tout pour me mettre totalement au service du Niger, comme le Seigneur le veut.

 

 
RocketTheme Joomla Templates