Nouvelles du Niger de mars 2012 PDF  Array Imprimer Array  Envoyer

nouvelles

 

DERNIERES NOUVELLES (RFI du 28 mars). Les chefs d'État de la région se sont rassemblés à Abidjan hier.  Ils ont décidé qu'il fallait revenir à la légalité constitutionnelle avec le Président Amadou Toumani Touré ou le Président de l'Assemblée Nationale, que les mutins devaient se retirer immédiatement, sinon, on emploierait la force, que 6 chefs d'État partaient sous deux jours, évaluer la situation, discuter avec les putschistes et l'ancienne équipe, fixer une date d'élection, et prendre les décisions qui s'imposent. À suivre.

 

POSITION DU NIGER FACE À CES ÉVÉNEMENTS GRAVES DU MALI. « La situation au Mali nous préoccupe beaucoup. Un effet de mimétisme est toujours possible. Un proverbe dit «quand la barbe de votre voisin prend feu, dépêchez vous de mouiller la vôtre.»  Nous avons un programme sécurité et développement dans ces zones doté de mille milliards CFA (1 million et demi d'euros) parce que la sécurité est liée au développement économique et social. La misère est le terreau de toutes les rébellions et de tous les terrorismes. Donc, si à court terme, la solution est sécuritaire, à long terme elle repose sur le développement économique et social.» (Issoufou Mahamadou).

SESSION ORDINAIRE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE. Il s'agit de la levée de l'immunité parlementaire de 8 ou 9 députés ayant détourné l'argent de l'État. Le 7 mars, ouverture solennelle de la session, pendant le discours du Président de l'Assemblée, Hama Amadou, devant les ambassadeurs et les nombreux invités, en direct à la Télévision, tous les membres de l'opposition, minoritaire, se lèvent et quittent la salle.  (L'Enquêteur 8 mars).  Ils ne veulent pas de la levée de l'immunité parlementaire qui concerne en majorité leurs députés. On apprend aussi que le député Zakaï a démissionné de son poste : mais n'est il pas le dindon de la farce ? Les promesses qui lui ont été faites seront-elles tenues ? (L'Enquêteur du 12 mars). On apprend de même que le député Foukori Ibrahim, ancien directeur de l'entreprise de la Nigelec (société de l'électricité) va être poursuivi pour avoir détourné 4 milliards de CFA.  Les fonctionnaires, complices de Zakaï, auraient été mis en liberté provisoire. La procédure de la levée de l'immunité parlementaire se met en place. Les députés ont commencé par constituer des commissions  représentant tous les partis présents à l'Assemblée; elles ont 15 jours pour discuter du cas d'un député et envoyer un rapport au Bureau de l'Assemblée. Ce qui vient d'être fait. Normalement, la levée des immunités parlementaires doit intervenir le 6 avril.  Toutes les levées d'immunité ne sont pas acquises.

LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET LA DÉLINQUANCE S'ACCÉLÈRE. Plusieurs affaires semblent le démontrer. D'abord la mise en prison de trafiquants de carburants qui achetaient l‘essence au Nigeria à 200 CFA le litre et la revendait au Niger 600 CFA. De plus, un bande en activité et qui terrorisait les habitants de la Capitale, mis sous les verrous. Ensuite, découverte d'un réseau de délinquants au Trésor National (le Canard Déchainé du 5 mars) ; encore, 14 douaniers (haut gradés) et commerçants déférés au Parquet et mis en prison. Le manque à gagner pour l'État serait de 3 milliards de CFA (l'Enquêteur du 6 mars).  Colère du Syndicat des douaniers (L'enquêteur du 7 mars). Plusieurs Directeurs Généraux et plusieurs agents de la Sonidep (la Société Nigérienne des Produits Pétroliers) interpellés à la Police Judiciaire suite à un rapport de la Cour des Comptes (L'Enquêteur du 12 mars). Enfin, démantèlement d'un groupe de  faussaires de documents administratifs.

BARRAGE DE KANDADJI : LES TRAVAUX PIÉTINENT. Commencé il y a une dizaine de mois, l'entreprise russe qui a reçu le marché pour un coût total de 97 milliards de CFA, est très en retard sur le calendrier, en particulier le batardeau destiné à dévier le cours du fleuve, est loin d'être achevé. (L'entreprise russe a déjà reçu 9 milliards de CFA). La délégation nigérienne, très mécontente, a relevé plusieurs anomalies : les engins de chantier inadaptés, l'ingénieur en chef n'est pas en permanence sur place, etc. Par contre, la prise d'eau pour l'irrigation, construite par les Chinois est presque achevée. Les Russes se savent très surveillés. Ne vaut-il pas mieux travailler avec les Chinois qu'avec les Russes disent beaucoup ? Ce barrage se situe à 160 km en amont de la capitale, pas loin de la ville de Tillabéry.

CRISE ALIMENTAIRE : Le Président a visité les magasins de l'OPVN (l'Office des Produits Vivriers du Niger)  qui stockent les céréales, en particulier le riz. 250.000 tonnes de céréales sont en réserve. Il a déclaré qu'à partir du mois d'avril, et pour les mois qui suivent, il y aura des ventes de riz à prix modéré dans toutes les régions du Niger. (Déclaration à la TV Sahel).  Il a visité aussi des périmètres irrigués qui donnent des résultats satisfaisants, en particulier dans la culture de la pomme de terre. C'est le constat fait par une chrétienne, fonctionnaire de haut niveau, travaillant dans le domaine social, qui vient d'effectuer une mission de deux mois dans toutes les régions du Niger : les cultures irriguées sont un succès. Elles ont apporté un réel appoint en nourriture aux familles qui n'avaient pas fait de récoltes. Mais, aux dernières nouvelles, la crise alimentaire se détériore avec plus  de 6 millions de personnes en danger. (Le Républicain 15 mars)

URANIUM ET PÉTROLE : DU BON ET DU MOINS BON : Le prix du kilo d'uranium a été fixé à 73.000 CFA (111,29 euros) après négociations avec tous les partenaires du Niger. (Japon, Chine, Allemagne, France...). Ce prix fixé en devises fortes est une avancée notable. Il est également considéré comme rémunérateur en l'état actuel du marché de l'uranium. Chaque année, 5.000 tonnes d'Uranium sont exportées du Niger. (Ministre des Mines à la TV nigérienne) Par contre, Areva semble revenir sur sa promesse de considérer comme prioritaire la mine d'Imouraren. En fait, la mise en production serait reportée d'une année : 2014 au lieu de fin 2012. Un accord s'est dessiné entre le Niger et le Tchad pour évacuer le pétrole du site d'Agadem (200 km au Nord de N'Guigmi) exploité par les Chinois par le pipe-line qui transporte le pétrole du Sud du Tchad au port du Kribi, sur la côte camerounaise. (D'Agadem au Sud du Tchad : au moins 1500 km). Consentir de tels investissements indique que ce gisement d'Agadem est très important. Tant mieux pour le Niger.

MORT DU SULTAN D'AGADEZ : El hadj Ibrahim Oumarou, sultan de l'Aïr et Président de l'Association des chefs traditionnels du Niger  est décédé le 21 février 2012 à Niamey à l'âge de 74 ans. Très respecté, il a joué un rôle très important dans les préventions et les règlements des conflits sociopolitiques au Niger. L'Archevêque de Niamey, Mgr Michel Cartatéguy et le Sultan d'Agadez s'appréciaient beaucoup et ont travaillé efficacement à la paix dans ce pays. Son fils, Oumarou El hadji Ibrahim Oumarou lui succède comme sultan d'Agadez et de l'Aïr.

ISSOUFOU MAHAMADOU PARTICIPE AU FORUM MONDIAL DE L'EAU A MARSEILLE. 20.000 participants, 180 pays représentés. Le thème : «le temps des solutions». Il faut se rappeler qu'il y a dans le monde 800 millions de personnes qui manquent d'eau potable, la plupart sur le continent africain. Dans son discours, il a déclaré : «nous prévoyons de mobiliser plus de 900 millions d'euros afin de répondre présents au rendez-vous des objectifs du Millénaire pour le Développement ».

MISE SOUS LES VERROUS DE AGHALY ALAMBO : Il dirigeait la dernière rébellion touarègue  au Nord du Niger, en 1989. Ses relations avec Abta Hamadi Mohammed, un gros bras de trafics en tous genres, l'a conduit en prison sous le chef d'inculpation d'associations de malfaiteurs.  Cet emprisonnement est un sujet de discorde entre le président de la République et le  Président de l'Assemblée Nationale  (le Témoin 28 mars).

Heureuses fêtes de Pâques.

 
RocketTheme Joomla Templates